Stress du déménagement

stress-3

Mais non, la plupart des gens ne sont pas du tout stressés par l’idée de leur déménagement… Mais non, mais non, voyons.!

Pourquoi le seraient-ils ?

D’une part, il y à trois fois rien à faire, ni du point de vue boulot, ni du point de vue administratif, ni pour le futur logement, ni pour les enfants, ni pour la famille, et surtout pas pour leur déménagement proprement dit…

Alors pourquoi tant d’angoisses, tant de nervosité et tant d’ongles rongés « à peine » (si peu) perçus par l’entourage  et les entreprises de déménagement ?

On sait, que le déménagement est la deuxième source de stress après la perte d’un proche. Peut-être la 3ème,  par les temps qui courent.

Peur d’une nouvelle vie, d’une nouvelle ville où l’on ne connait personne, d’un changement radical de ses petites habitudes, tout à remettre en place avant de retrouver un quotidien confortable et rassurant ?

Peur d’un déménagement-chamboulement qui va à coup sûr faire « voler la poussière » dans tous les sens et dans tous les sens du terme ?

Je ne me moque pas du tout, j’ai déménagé, moi aussi.

Nous avons tous un affectif parfois irrationnel, pour un « train-train » qui, bien que l’on s’en défende, est notre havre de paix, dans ce monde de brutes et de bruits, pour notre « chez-nous » organisé à notre goût, et il n’y à rien à faire, l’être humain, avant de devenir oiseau migrateur est un sédentaire.

Comme on dit à Tahiti, l’homme plante son « peue » (péoué) là où il se sent bien. Dans nos latitudes, on dirait plutôt, là où il finit par se sentir bien.

Mais quand le temps vient de partir, de déménager vraiment, tout semble s’écrouler, les choses qui nous pesaient nous semblent devenues indispensables et nos envies passées deviennent des appréhensions terribles.

En même temps on a hâte de partir, et on voudrait surtout ne pas y aller.

On récapitule dans sa tête tout ce qu’il y à à faire, et l’on croit que l’on n’y arrivera sur les rotules… ou alors jamais …

Puis, on finit par se persuader que quand il faut y aller, faut y aller ! Allez, haut les cœurs, prenons les choses à bras le corps ! Après tout, un déménagement, c’est fastoche.

Et puis, il y à le grain de sable, celui qui fait tout trembler, qui veut tout remettre en question, le notaire qui décale les dates, les travaux qui perdurent, les écoles qui ne se décident pas à accueillir nos bébichons, l’acheteur qui n’a pas son crédit et se dédit, la chatte qui fait ses petits et la télévision qui tombe en panne !!!

Et là, le grain de sable devient caillou, puis roc, puis montagne…

On se demande ce qu’on à fait au bon dieu, et pourquoi moi. Pourquoi tant de haine ?

Et au milieu de tout ça, le déménageur à choisir, les cartons à faire, le garage à ranger, les fringues à trier, l’inventaire à faire pour les assurances, mais est-ce que cela va s’arrêter ?

Et l’entreprise de déménagement qui ne travaille pas le dimanche, juste au moment où j’ai des questions super importantes à poser, que je rappelle le lundi, mais j’ai oublié la question…

Et puis, la montagne, amas de grains de sable, devient … la Sardine qui a bouché le port de Marseille…

Les déménageurs arrivent, bonjour Madame, bonjour Monsieur, et tout roule.

Une petite plaisanterie, un petit café et tout se fait dans le calme et la sérénité. Mais le camion est chargé, les portes se ferment et tout votre déménagement disparait au 1er virage.

Adrénaline… !

Reverrai-je mes affaires, tous mes biens, tous mes riens, toute ma vie?

A l’arrivée, ils sont là, ouf. Pour un peu, on les embrasserait.

Et ça, je le mets où, le voulez vous tourné par ici ou par là, dans quelle chambre ce carton ?

Moult questions en même temps, je ne sais plus où donner de la tête, (tiens, je n’avais jamais remarqué que mon buffet était aussi sympa, il est mieux mis en valeur ici), où  sont mes torchons ?

Et puis, ils s’en vont, la nuit ne va pas tarder à tomber.

Je tombe dans le canapé. Je regarde autour de moi… et je souris.

Oui, j’ai encore plein de choses à faire, j’ai à peine vu passer cette journée, je suis crevée, mais je trouve que mon tableau irait bien là…

Et la vie reprend.

Vous êtes arrivé, et franchement, n’est-ce pas excitant de s’installer dans une nouvelle vie ?

canape-3

 

Voir aussi :

Envisager son déménagement : pas facile

La confiance : mot clé

Qui sont les déménageurs ?

Une journée ensemble



4 réponses à “Stress du déménagement”

  1. dreams dit :

    C’est vraiment dé-stressant :)

    MERCI

  2. Bonjour, J’ai trouvé l’information de cet article d’utilité pour ma recherche. Merci.

  3. Audrey dit :

    Je déménage de la banlieue parisienne pour Berlin dans 19 jours.
    L’euphorie et l’excitation ont fait place a une terrible angoisse qui me paralysent totalement.
    Après avoir réglé toutes les demarches administratives, je n’arrive pas à me mettre à faire mes cartons. J’ai la nausée et envie de vomir du matin au soir!
    J’essaye de prendre du recule car je suis au courant du stress que génère un déménagement. Mais j’ai du mal à me raisonné. J’ai le bout des doigts ensanglantés et douloureux à force de les ronger.
    Mais ça m’a fait du bien de lire ce petit article qui aide à dédramatiser.

    Bon courage à tout ceux qui sont dans le même cas!

  4. Fly on the net dit :

    Bonjour mdamenee,
    Je lis votre commentaire avec beaucoup d’intérêt et d’empathie, car l’effet stress est d’évidence énorme. C’est quelque chose que je prend personnellement très à cœur concernant mes clients, et ayant moi-même déménagé il y a peu de temps. C’est pourquoi il me semble important de vous rassurer. Votre appréhension est normale car vous allez vers un réel changement de vie, surtout si vous partez dans un endroit où vous devrez sans doute être confrontée à la barrière de la langue et à un nouveau mode de vie que vous apprécierez bientôt.
    L’ampleur des tâches à effectuer est sans doute de taille, mais dites vous que vous œuvrez pour vous et les vôtres. Prenez les choses dans l’ordre, par exemple pièce par pièce, faites votre tri tranquillement de façon à ne pas revenir plusieurs fois sur le même carton que vous stockerez dans une « pièce tampon » pour vous éviter la terrible impression d’engorgement qui vous découragera encore plus.
    Arrêtez-vous de temps en temps pour un petit café, appelez une copine, parlez de votre angoisse… et appréciez tout le travail déjà accompli. Au fur et à mesure, les choses avanceront d’elles-mêmes. Vous savez que de toutes façons votre déménagement se fera et que plus vous serez sereine, mieux les choses se passeront, surtout si vous avez bien sélectionné votre déménageur.
    Après coup, vous vous rendrez compte que ce n’était pas si terrible et ne valait pas le sacrifice de vos ongles !
    Je vous souhaite un bon déménagement et espère avoir de vos bonnes nouvelles après…
    Fly

Laisser un commentaire