Déménagement : La vie d’un carton

carton déménagement vivant

Vous allez déménager et …j’arrive chez vous complètement à plat…

pile-cartonsJe ne sais pas encore comment vous allez m’utiliser, mais je suis patient ; je sais que je ne prends pas de place quand je suis conservé dans de bonnes conditions.

Ma vocation, c’est entre autre le déménagement, ce qui explique que je suis costaud.

J’ai des millions de copains, qui, comme moi, ont une très grande utilité, mais pourtant, personne ne nous remarque vraiment. Là d’où je viens, ils disent que pourtant, nous sommes précieux, puisque nous venons de la forêt et dépendons du coût du pétrole.

cartons-empilesUne fois mis en forme, à l’endroit de préférence, car je n’aime pas avoir la tête en bas, je prends plus de place, c’est sûr. Je n’aime pas que l’on me fagote n’importe comment ; les petits rebords à l’intérieur, les grands à l’extérieur, je me sens mieux.

De l’adhésif oui, mais sans surcharge, sinon, je risque de mal cohabiter avec mes copains.

Je peux tout contenir, sauf des choses mouillées ou risquant de le devenir. Ca, je déteste, ça me ramollit et je deviens tout moche. On a son orgueil, tout de même !

Je dois être rempli jusqu’en haut, afin d’éviter que mes collègues, plus lourds, ne m’écrasent !

Tous les bibelots, le linge, les livres, etc… seront bien au chaud entre mes bras, du moment qu’ils sont bien calés et ne me déforment pas.

Pour ne pas me perdre dans n’importe quelle pièce de votre nouvelle maison, donnez-moi un nom … d’abord, c’est plus gentil et ensuite, vous serez tout contents de me retrouver là où vous vous y attendez.

Après être passé dans les bras d’un déménageur, je vais voyager dans un camion, comme les grands, avec plein d’autres cartons, bien calé pour ne pas risquer de souffrir et nous nous retrouverons à votre nouvelle adresse. Ca va être sympa, j’aurai l’impression de vous faire plaisir en vous redonnant vos affaires.

Là, il faudra me déballer ou me ranger dans un endroit sec. Il y a des caves et des greniers très sympas.

carton-abimeMon avantage, nous n’avons pas les mêmes susceptibilités, c’est que je « marque » facilement. Si je suis tombé, vous le verrez tout de suite. Mais il n’y a pas de raison…

Si vous me déballez, faites le proprement, vous le savez, le scotch, c’est comme le sparadrap, ça peut faire mal.

Essayez de me garder, je peux vous être encore utile, si vous avez pris soin de moi. Remettez-moi à plat et rangez-moi. J’adore les couettes et les oreillers, les vêtements, même les livres et ne parlons pas des jouets…

Je suis fidèle et je peux vous attendre pendant des années, bien au sec.

J’ai vu de trop nombreux copains mal finir à la poubelle. Ils faisaient pitié, tant ils étaient sales et abandonnés sans aucun soin. Si seulement on les avait proprement mis aux encombrants.

Si vous ne me gardez pas, laissez-moi au moins participer à l’écologie de ma planète : remettez-moi à plat et donnez-moi la chance d’être recyclé, j’aurai peut-être la joie de vous revoir un jour sous une autre forme.

Ce serait dommage que ma vie s’arrête là, alors que sans que vous ne vous en doutiez, j’ai tellement fait pour vous.

 

Voir aussi :

Déménagement et environnement



3 réponses à “Déménagement : La vie d’un carton”

  1. […] les cartons que vous réalisez, en indiquant quelle pièce ils concernent. Généralement, un carton de déménagement issu de la cuisine y […]

  2. […] elles sont dans l’un des 150 cartons bien au chaud dans le camion… je vous souhaite bien du […]

Laisser un commentaire