Déménagement : La propreté

Nous avons tous notre façon de vivre et nos habitudes.

Dans le cadre du métier de déménageur, on peut être confronté à toutes sortes de situations.

Comme on dit : « ils en voient des vertes et des pas mûres »…

De l’appartement astiqué du sol au plafond, brillant de mille feux et sentant bon le propre à celui qui n’a jamais connu l’invention de l’éponge et de l’eau, la carrière d’un déménageur passe par tous les stades de propreté chez les clients.

Les entreprises de déménagement veillent, de façon générale à ce que leurs salariés aient des conditions de travail correctes, notamment en ce qui concerne l’hygiène et la salubrité.

Elles doivent également penser à la préservation des camions de déménagement et au matériel réutilisable, même si ceux-ci sont entretenus régulièrement.

Ainsi, certains clients, candidats à un déménagement ont parfois du mal à trouver des entreprises de déménagement qui acceptent d’effectuer une prestation chez eux, en raison des conditions de salubrité existantes. Il ne s’agit pas, dans ce cas, d’un refus de vente, réprouvé par la loi, mais de prévention.

Ne riez pas, le problème se pose souvent.

On ne parle pas, bien évidemment, de la poussière incrustée dans des endroits peu faciles d’accès ou des dessus d’éléments de cuisine, auxquels, même des mordus du ménage ne pensent pas toujours.

Ce problème existe si bien que pour l’anecdote, il est parfois utile de préciser certains points :

– les déménageurs ne sont pas censés manipuler de linge sale, qu’on le retrouve sous les lits ou dans d’autres endroits ;

– ils ne sont pas censés manipuler ou emballer les accessoires des toilettes, balayettes et autres objets dits « insalubres » ;

– les gazinières couvertes de graisse sur les parois n’emporteront pas leur totale adhésion, du fait qu’ils auront du mal à les lâcher, la saleté et la graisse ayant une propriété adhésive des moins agréables, sans compter qu’ils rechigneront peut-être à sacrifier des couvertures dont ils devront se débarrasser de façon définitive ;

– les déménageurs ne touchent pas non plus les couches de bébés souillées ;

– on ne peut les obliger à exercer leur métier dans des conditions olfactives de nature à entamer leur bonne volonté ;

– la présence d’excréments d’animaux sur les endroits de leur passage peut motiver des réticences bien compréhensibles, que ce soit à l’intérieur, ou dans l’allée du jardin ;

– le métier de déménageur ne peut se confondre avec celui d’éboueur, chacune de ces professions ayant ses caractéristiques, l’éboueur manipulant des contenants d’ordures en état de propreté avec des gants, le déménageur manipulant des meubles et objets divers sans gants…

– les housses à matelas de couleur, à usage unique, théoriquement, sont censées protéger les matelas, mais aussi permettent d’éviter qu’ils aient le nez sur les tâches existantes lors de leur manipulation. Un drap housse préalablement positionné leur évitera ce désagrément ;

– les « cadavres » de bouteilles font partie des ordures que n’ont pas à manipuler les déménageurs ;

– les démontages des lits et autres meubles se font d’autant mieux sans la présence d’immondices dessous ou derrière ;

– les « bêbêtes » autres que les animaux de compagnie, tel que des rats (non apprivoisés), des cafards et autres insectes porteurs de maladies diverses et variées ne trouveront pas de candidats à l’adoption ;

– …

Bref, tout ceci découle d’expériences véridiques, et ce sont des cas extrêmes.

Il fallait qu’on vous le raconte…

Heureusement, ce genre d’expérience marquante est plutôt vécu chez une partie de la population à priori caractéristique et les déménageurs peuvent éventuellement se préparer psychologiquement, ou … faire demi-tour, lorsque c’est la surprise.



2 réponses à “Déménagement : La propreté”

  1. Surget dit :

    Quelles sont les obligations du déménageur en ce qui concerne l’hygiène de leurs camions avant mon déménagement ! Couverture,sols etc.

Laisser un commentaire